Le Dix-huit Brumaire: L’épilogue de la Révolution française, 9-10 novembre 1799 PDF

Le traité de Campo-Formio, août-novembre 179724.


ISBN: 2070120325.

Nom des pages: 181.

Télécharger Le Dix-huit Brumaire: L’épilogue de la Révolution française, 9-10 novembre 1799 gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Le 18 Brumaire est le commencement et la fin d’une histoire ; il marque l’accession au pouvoir de Bonaparte et l’épilogue provisoire d’une Révolution française qui n’en finit pas de s’achever. Depuis 1789, elle a parcouru tout le cycle des formes politiques connues pour s’enliser dans une impasse dont elle ne sait plus comment sortir : la République, souillée par la Terreur, est devenue impossible ; la monarchie, synonyme de contre-révolution, l’est autant.
C’est donc au général corse, devenu un héros national sur les champs de bataille, qu’il revient de l’en sortir : fils de la Révolution, il en incarne la gloire militaire sans avoir à en assumer les excès ; né à la périphérie du royaume, il a assez de proximité avec ses compatriotes pour comprendre les passions révolutionnaires et assez de distance pour ne pas y succomber. Lui seul paraît capable de réconcilier les deux peuples et les deux histoires que la Révolution a séparés. Mais pour comprendre la réussite de son coup d’audace, dont ce livre restitue le cours haletant, c’est le régime du Directoire, ses incuries et son échec, que l’auteur interroge aussi à frais nouveaux.
Brumaire est un vrai coup d’État, mais singulier : sans violence ou presque, sans victimes, sans proscrits, entouré d’un consentement tel qu’il sera longtemps considéré comme une élection que les circonstances avaient privée des formes légales. Et même s’il inaugure un régime plutôt éphémère, l’irruption de Bonaparte dans l’histoire révolutionnaire imprimera durablement sa marque sur notre légendaire national et l’esprit de nos institutions.

Patrice Gueniffey, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, est l’auteur notamment de Le Nombre et la raison. La Révolution française et les élections (1993) et de La Politique de la Terreur (2000).

Un homme comme Carnot personnifiait à l’époque ce vieux réalisme des rois de France: la Meuse pouvait fournir une bonne frontière. En tout cas, il n’avait plus guère le choix, parce qu’il refusait la banqueroute que cherchaient certains privilégiés, dans l’indifférence totale au sort des rentiers bourgeois. Celui qui admet franchement ses échecs, sent qu’il l’a fait.

Et ce sont les croisés de la liberté, les privilégiés. J’aurais créé deux grands partis en France, alors que je n’en voulais pas du tout; J’aurais ramené la fureur des guerres de religion, tandis que les hommes éclairés du siècle, avec ma volonté, avaient le seul but de les faire disparaître complètement. Une des dates essentielles de la première «fin» de la Révolution fut cette paix avec l’Église, bien qu’elle n’abritât pas entièrement le conflit qui avait commencé, comme le montrerait ce qui allait suivre, mais au moins l’apaisa un moment. Si c’est faux, marquez F et corrigez-le dans l’espace. Dès lors, la résistance des privilégiés fut brisée par des défections successives.