Corps, décor, cadre: questionnements autour du format 1,33 PDF

Lucia sert de tremplin plutôt que de destination finale.


ISBN: 3841675514.

Nom des pages: 170.

Télécharger Corps, décor, cadre: questionnements autour du format 1,33 gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

-« Tourner en 4/3, est-ce que ça annihile pas une certaine forme d’esthétique? » -« Ça annihile surtout une certaine place de la perche! » Si l’on considère le format 1,33 à la fois comme une réduction horizontale et comme un élargissement vertical du cadre c’est que les choix de composition vont pouvoir plutôt orienter la perception du spectateur dans un sens ou bien dans l’autre. Et que parmi les sujets possibles pour un cadre en 4/3, l’être humain est sans doute privilégié. Si aujourd’hui, l’utilisation du format 4/3 dans un film de fiction est devenu un choix esthétique fort, voire « tendance », ce choix naît d’avoir un jour été une contrainte. On ne peut oublier que c’est grâce à l’inventivité et à l’intelligence de réalisateurs qui étaient astreints à ce format que ce choix peut aujourd’hui découler d’une vraie volonté artistique. En partant de ma propre expérience de tournage comme chef opératrice et réalisatrice, et en passant par des films comme « Metropolis » de Lang à « Paranoïd Park » de Van Sant, une réflexion sur la composition d’un cadre en 4/3.

Il n’a tout simplement pas eu un sou hors de sa renommée, et est resté un busker de la rue à la fin, bien que cela puisse avoir avec ses préférences personnelles. Cela a été écrit dans deux épisodes de la série, mais était en fait la voiture personnelle de Jon Pertwee. Cela aide à ne pas les considérer comme de gros nanos, mais comme de petits classiques.

La marque vit à son nom qu’une lampe au sel simple peut être embellie avec une variété de styles et de modèles. La caméra recule; nous voyons que les photographies sont mélangées dans les mains d’un gros ouvrier. Bien que tous les spectateurs remarquent qu’un film est composé de plusieurs scènes, peu réalisent que même les films de fiction relativement sereins contiennent en moyenne environ 600 coupes, une toutes les 10 secondes. Cela peut apporter une surprise dramatique, comme dans l’ouest américain Stagecoach (1939), quand le directeur John Ford a fait monter la caméra, haut au-dessus d’un défilé rocheux, sortir lentement de la diligence ci-dessous pour révéler une bande d’Indiens en embuscade.